« Un Artiste à l’Ecole » est une expérience humaine et artistique au cours de laquelle des artistes font découvrir leurs parcours et leurs oeuvres à des élèves de leurs anciens établissements. C’est dans cet esprit de partage et de transmission que Nadia Biquet, compositrice, et Thomas Lilti, cinéaste, sont revenus, en juin, dans leur ancien collège et lycée de La Celle Saint-Cloud. Ces rencontres, fortes en émotions, ont été l’occasion de rapprocher les jeunes Cellois de la création, de l’art et de la culture a tout en leur présentant un parcours personnel auquel ils peuvent s’identifier.

 

Thomas Lilti, cinéaste et ancien élève du Lycée Pierre Corneille

Quelles ont été vos impressions en revenant au Lycée Pierre Corneille ?

Je reviens régulièrement à La Celle Saint-Cloud (j’y ai tourné des séquences de la série Hippocrate), en revanche, j’étais très ému de revoir mon lycée. Même s’il a beaucoup changé, l’ambiance est toujours la même. Je me suis replongé 25 ans en arrière et j’ai eu le sentiment de me voir en voyant les jeunes lycéens. Les adolescents d’hier et d’aujourd’hui ont beaucoup en commun. On a donc beaucoup de choses à se raconter. J’ai aimé aussi croiser les professeurs. Ils ont mon âge aujourd’hui (voire plus jeunes) et pourtant ils sont toujours une figure tutélaire pour moi.

Quels souvenirs évoquent pour vous le Lycée Pierre Corneille ?

Il représente des sentiments ambivalents. A la fois la découverte de la liberté, l’émancipation, les copains, les premières fois mais aussi l’adolescence et ses angoisses. Quand on m’a proposé de revenir dans mon lycée pour parler de mon parcours, j’ai tout de suite pensé au lycéen que j’étais et je me suis demandé si, à l’époque, j’aurais aimé participer à une rencontre de ce type. Je crois que oui ! Dans le fond, « un artiste à l’école » c’est la rencontre entre un élève d’hier et des élèves d’aujourd’hui. Le fait d’être passé dans le même établissement, permet de se sentir plus proche des élèves. Comme une sorte de grand frère qui nous raconterai un peu ses expériences sans nous faire la leçon.

Thomas Lilti

Thomas Lilti a pratiqué son métier de médecin généraliste en parallèle de ses activités de réalisateur et de scénariste jusqu’en 2016. En septembre 2014, il sort son deuxième long métrage, Hippocrate. Le film est un succès lui valant aussi trois nominations aux Césars 2015. Son troisième long-métrage Médecin de campagne, porté par François Cluzet et Marianne Denicourt, est vu par 1,5 millions de spectateurs.

Nadia Biquet, compositrice et ancienne élève du Collège Victor Hugo

Quelles ont été vos impressions en revenant au Collège Victor Hugo ?

Que de souvenirs ! J’ai fait un bon dans le temps.

J’y ai retrouvé les mêmes ambiances ! La salle de musique est quasiment la même, au même endroit, avec 2 pianos acoustiques dont celui de mon époque, avec de la modernité en plus. Cela a été un réel Le plaisir de partager ma passion pour la musique et de faire découvrir le métier de compositrice, avec des jeunes qui sont en chemin pour construire leur vie. Les élèves s’étaient imprégnés de certaines de mes compositions avec leur professeur de musique et avaient exprimé leur ressentis et leurs émotions à travers des dessins en anglais, des créations en art plastique, et des poèmes en français. Ce vecteur d’émotions fut un moment fort pour moi. Un Artiste à l’Ecole venait de faire naître plein de petits artistes en herbe !

Quels souvenirs évoquent pour vous le collège Victor Hugo ?

J’ai vécu des moments musicaux et relationnels exceptionnels grâce à l’engagement et l’énergie de certains professeurs avec qui je suis toujours en contact 30 ans après. Madame Rubenach-Pédessac nous sollicitait pour aller à l’opéra.

Madame Dancoisne, qui gérait les échanges avec la ville de Beckum, grâce à qui je peux encore, trente ans plus tard, réciter le Roi des Aulnes en allemand. Je me souviens qu’elle m’avait choisi une correspondante allemande dont le papa tenait un magasin de pianos. C’est la première fois que j’ai eu l’occasion de jouer sur un magnifique piano de concert Bösendorfer. Et puis sans oublier Madame Gruson, professeur de Français, qui nous faisait découvrir Molière et jouer Le Malade Imaginaire.

Si j’avais su que toute cette matière m’amènerait un jour à écrire Mia et Ugo, une comédie musicale jeune public… !

Nadia Biquet

Premier prix de piano et diplômée de la Sorbonne, Nadia Biquet écrit des chansons, une comédie musicale jeune public et anime des ateliers de création. Elle a créé et dirige la petite chorale Geste et Musique. Aujourd’hui, elle se consacre à l’enseignement du piano, la direction de choeur et la composition.

+ d’infos sur www.nadiabiquet.fr