LES PETITS CUISTOTS

La passion de la cuisine et de la pâtisserie

Ils sont 7 et ont entre 10 et 14 ans. Passionnés de cuisine, et surtout de pâtisserie, ils habitent (ou habitaient) à La Celle Saint-Cloud. Ce sont les « Petits Cuistots ». Oriane, Paul et Nathalie (12 ans) se connaissent depuis la maternelle et sont BFF (Best Friends For ever). Ils ont lancé l’idée des petits cuistots ensemble et y ont associé leurs soeurs : Lucile 10 ans, Lucie 9 ans et Sofia 11 ans.

Puis Nicolas, le « digital native » a rejoint l’équipe cet été, tout fraichement débarqué d’Inde. Cette joyeuse bande a dû s’organiser car entre l’école et les petits cuistots, le temps est précieux et chaque membre a sa fonction dans l’organisation. Oriane, Paul et Nathalie mettent les mains dans la farine assistés des petites soeurs. Lucile, la créative du groupe, a un don pour les décorations de gâteaux… Lucie et Sofia prennent de plus en plus leur indépendance et font seules certaines recettes.

Quant à Nicolas, il gère surtout la communication : Instagram, SnapChat et le design sont ses passions (il a créé le logo) et il manie le clavier aussi bien que ses compères la poche à douille !


http://lespetitscuistots.over-blog.com/

https://www.instagram.com/petits_cuistots/



FLORE, CELIA ET SOPHIA

L’athlétisme pour aller de l’avant

À l’Athlétique Club Cellois, pas de « culture de la réussite » mais une attitude positive et bienveillante envers les plus jeunes. Une méthode dont profitent pleinement Sophia, Flore et Célia qui aiment « la course contre le chronomètre » et cherchent « la manière qui réduit le temps ».

Une philosophie qui les mène aussi aux meilleures places.
Sophia Akeb, la plus jeune, 9 ans, a terminé 1ère à la Ronde de Vélizy, au cross de la Sablière de Viroflay et 2e aux championnats départementaux de durée.  Sophia est dans la simplicité ; sa course révèle une énergique finesse.
Flore Derendinger, 11 ans, est puissante et aérienne. Son enthousiasme est pour beaucoup dans ses résultats : 1ère à la Butte Verte de Mantes, et à la Sablière de Viroflay.
Enfin Célia Vix, 11ans, sérieuse et déjà perfectionniste, s’appuie sur le dynamisme de sa course pour de très bons résultats elle aussi : 3e à la Ronde de Vélizy et 6e au Cross international de Sartrouville.



ENDYS SULPICE

Le talent et la passion du ballon rond

Endys Sulpice a commencé le foot à l’âge de 5 ans et joue pour le Paris Saint Germain depuis maintenant 7 ans. Le foot c’est « son projet futur » et déjà « une grande partie de sa vie ».

Il habite à La celle Saint-Cloud depuis sa naissance mais les d&placements à l’étranger pour les tournois internationaux l’oblige souvent à quitter la ville. « J’ai aussi 3, voire 4 entraînements par semaine » précise-t-il. Son poste ? Milieu offensif. Son numéro ? Le 10. Son joueur préféré ? Le brésilien Neymar.

Endys collectionne déjà les titres en championnat et de nombreuses victoires en tournois mais il garde la tête sur les deux épaules et réussit également ses études : « je suis bien encadré et je n’oublie jamais que le foot c’est un jeu ». Il souhaite devenir footballeur professionnel : « je fais des sacrifices mais pour moi ce ne sont pas des sacrifices, le foot c’est ma passion ! ».



MARTIN HÉBRAUD

La musique comme parole

Martin Hébraud, 14 ans, a démarré le piano en 2013 au Carré des Arts. « Je trouve que la musique est comme une langue, un moyen de communication. Elle permet de faire vivre nos pensées, nos émotions. J’ai découvert cette sensation vers ma quatrième année de piano, et je l’ai développée au fil des années ».

Doté d’une sensibilité et d’une maturité musicale précoce, il aiguise sa curiosité au point d’élargir ses champs d’apprentissages en découvrant cette année d’autres esthétiques avec la pratique du violon et les cours d’analyse jazz. « Après 9 ans de piano, j’ai décidé de commencer le violon, pour chercher encore de nouvelles sensations, de nouvelles variations de la musique ».



ELEONORE ROUCHON

Objectif théâtre

Très jeune, Éléonore a déjà l’ambition et un désir fort de faire du théâtre. « Quand j’ai commencé le théâtre, je ne savais même pas lire, je répétais les fables de la Fontaine à l’oreille pour les apprendre ».

À 17 ans, elle suit des cours d’Art dramatique au Carré des Arts depuis 2008 et a intégré depuis l’an passé le cours adulte, ce qui est un témoignage de confiance accordé par son professeur. À l’occasion des Journées du Patrimoine, elle a remplacé au pied levé un acteur pour la pièce Antigone de Jean Anouilh, rôle qu’elle a assimilé en une semaine !! Son jeu, dès à présent pourvu de justesse et de sobriété, montre que sa passion pour le théâtre est réelle. « Ce que j’adore quand je joue des personnages, c’est que je suis totalement libre »