Journée nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation
La Celle Saint-Cloud, le 25 avril 2021

Nous commémorons ce matin la libération des camps de concentration, en avril 1945, où plus de 6 millions de Juifs furent assassinés par le régime nazi. Des hommes et des femmes arrachés à leur pays, à leur famille, à leur jeunesse, victimes d’une idéologie de haine et de mort. Dès leur arrivée au pouvoir, Hitler et les nazis créèrent les 1ers camps de concentration. Le camp de Dachau fut ouvert en mars 1933, puis d’autres camps furent créés en Allemagne et dans les pays conquis. Lors de la conférence de Wannsee le 20 janvier 1942, les nazis décidèrent, dans le cadre de la « Solution finale », de systématiser la déportation et l’extermination des juifs et des résistants déportés.

Plus de 6 millions d’hommes, femmes, enfants, furent exterminés par les nazis au seul motif qu’ils étaient Juifs. Les noms de ces camps résonnent encore : Auschwitz-Birkenau, Belzec, Majdanek, Chelmno, Sobibor, Treblinka. L’organisation de cette véritable industrie de la mort, fonctionna jusqu’en 1945. Et ce n’est qu’à la Libération que le monde découvrit avec horreur la réalité du système concentrationnaire.

A la demande des survivants et des familles des disparus, et sur proposition d’Edmond Michelet, résistant, déporté à Dachau, une loi consacra le dernier dimanche d’avril au « souvenir des souffrances et des tortures subies par les déportés », ainsi qu’au « courage de ceux et de celles qui en furent les victimes ». Comme chaque année, nous rendons hommage aux victimes de la Shoah, déshumanisées, tuées par la haine d’un régime barbare. Nous rendons aussi hommage aux Justes de France, qui, par leur courage, ont agi, selon leur conscience, pour sauver des Juifs d’une mort certaine. Nous pensons enfin aux héros de la résistance, aux soldats français et Alliés, qui ont participé à la Libération, aux résistants de toute nationalité, qui, en engageant leur vie, ont refusé la barbarie.

76 ans après la fin de la guerre, l’actualité nous rappelle cette réalité toujours tragique, celle de la guerre, des massacres, des déportations, celle du terrorisme. L’antisémitisme reste une insupportable réalité. Tout doit être entrepris pour éradiquer cette abjecte idéologie de haine, qui ressurgit dans le monde et ici-même dans notre pays. La haine et la violence continuent de tuer, comme l’a encore illustré avant-hier, l’assassinat d’une policière à Rambouillet.

Simone Veil écrivait : « Venus de tous les horizons, nous appartenons à la même planète, à la communauté des hommes. Nous devons être vigilants et la défendre non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes. » Cette injonction est un devoir sacré. Contre la folie meurtrière, il nous incombe de défendre les principes fondamentaux qui fondent notre société et forment le terreau nourricier de notre civilisation. Vive la République, Vive la France !

 

Olivier Delaporte,

Maire de La Celle Saint-Cloud