LIEUTENANT XAVIER MONTANE DE LA ROQUE
NOUVEAU CHEF DU CENTRE DE SECOURS

 

Ancien adjoint au chef du Centre de Secours Principal de Nancy Joffre, la plus importante caserne de Meurthe et Moselle, le lieutenant Montane de la Roque a rejoint les Yvelines pour des raisons familiales et occuper le poste de chef de centre, objectif de carrière de la plupart des jeunes officiers. C’est en 2011, à l’âge de 20 ans, qu’il débute sa carrière comme sapeur-pompier volontaire dans le Val d’Oise avant de devenir officier professionnel en 2015 : « C’est au cours de mon volontariat que ma vocation est née. La diversité des interventions, la vie de caserne, le don de soi et l’engagement sont des valeurs qui me correspondent ». Titulaire d’un master en Prévention des Risques et des Nuisances Technologiques avec une spécialité en risques nucléaires, Xavier s’est spécialisé en risques radiologiques, domaine qu’il apprécie tout particulièrement depuis ses études. « C’est un risque qui ne se voit pas et qui peut avoir des conséquences graves sur les personnes. Heureusement ce sont des interventions que l’on fait peu ».

Trois qualités sont essentielles pour être un bon chef selon lui : écoute, rigueur et exemplarité. « Il est important de ne pas être suivi par ses hommes uniquement pour son grade mais pour sa manière de manager et sa façon d’être ». Pour cela « il faut apprendre à bien les connaitre ». La profession de sapeur-pompier est une « belle vocation avec des valeurs : l’esprit d’équipe, l’altruisme, le courage, le dévouement… Notre société a besoin de gens qui s’investissent pour elle ». Un engagement indispensable pendant le confinement : « Les interventions liées au Covid-19 sont longues et très particulières puisque nous devons limiter le risque de contagion pour nos équipes mais malgré cela, nous sommes fiers de nous sentir utiles pour la population ».

ALEXIS
DES DESSINS ET DES LETTRES POUR LES PERSONNES ÂGÉES 

 

Vivant à La Celle Saint-Cloud depuis toujours, Alexis est le dernier d’une fratrie de 3 garçons. Fan de foot et de jeux vidéo, à tout juste 10 ans, le jeune garçon a pris une initiative bien particulière pendant le confinement.

Il décide avec l’aide de sa maman d’entamer une correspondance avec les personnes âgées de la Résidence Renaissance. Épanoui et curieux du monde qui l’entoure, l’idée lui est venue lorsqu’il entend aux actualités que les maisons de retraite ne pouvaient plus recevoir de visiteurs. Attristé, il souhaite alors mettre à profit son temps libre en racontant son quotidien par écrit aux résidents, décide donc de rédiger sa toute première lettre. Alexis prend cette tâche très à cœur : « Je leur ai écrit tous les jours du confinement, sans exception. » Dans son courrier, il détaille les journées avec ses parents, ses activités manuelles et les nombreuses recettes de cuisine qu’il affectionne de préparer. Toutes ses lettres sont accompagnées de dessins colorés : « J’ai pensé que c’était bien de leur apporter un peu de soleil » confie-t-il.

Les échanges entre Alexis et les résidents de Renaissance se renforcent. Certains lui répondent régulièrement et tous sont ravis de recevoir le courrier. Après le confinement, une fête a été organisée en son honneur, un souhait des résidents pour remercier le garçon. Alexis a compris qu’il pouvait bénéficier de l’expérience de ses aînés : Pythagore n’a plus de secrets pour lui grâce à une lettre explicative d’un résident. Il espère pouvoir entretenir ces liens privilégiés le plus longtemps possible.

MICHAEL HUOT
LE RENOUVEAU DU CS CELLOIS FOOTBALL 

 

 

Président du Club Sportif Cellois Football, Michael Huot a toujours été un grand passionné de ce sport. Ce club, il le connaît depuis sa jeunesse : « je pratiquais au CS Cellois Football avec mes amis d’école et du quartier de Beauregard. Rendre à mon club de coeur devint une évidence. » Avec la volonté de s’investir davantage dans la vie du CS Cellois Football, il devient alors vice-président lors de la saison 2014-2015, puis président en 2016. Dès lors, Michael modernise la politique sportive du club. Il nomme Jean-Patrick Richelot directeur technique (son éducateur au CS Cellois Football lorsqu’il avait 17 ans), et Tony Gabier, enfant de la ville, responsable de l’école de football. Il multiplie par 10 le budget alloué à la formation des éducateurs et n’oublie pas d’améliorer le niveau des équipes en récupérant les Cellois qui jouaient dans les autres communes mais également en recrutant des joueurs extérieurs afin de dynamiser le collectif.

Michael s’entoure également de personnes compétentes pour assurer le bon fonctionnement de l’association : deux vice-présidents, Brice Parinet (arbitre de ligue 1), Franck Geronimi (Président de club pendant 18 ans) et un secrétaire général, Achour Bakir, enfant de la ville et Christine Pluvert, secrétaire adjointe et habitante de La Celle Saint- Cloud. « Tous ces changements et ces arrivées ont permis au club de relancer la vitalité qu’il avait eue dans le passé tout en gagnant en efficacité ». Le dirigeant a pour projet l’ouverture d’une section sportive à horaires aménagés en partenariat avec un collège de la ville, l’organisation d’un tournoi international et bien d’autres surprises.

« Vivre ensemble et bienveillance sont les valeurs que je souhaite porter. Le plus important n’étant pas de faire des joueurs de futurs champions, mais des jeunes épanouis et heureux ».

CATHERINE SEMERIA, NOUVELLE PROVISEURE DU LYCÉE CORNEILLE
« DONNER DU SENS À CE QUE L’ON APPREND »

 

Arrivée à la rentrée, Catherine Semeria a pris la direction du lycée Corneille. Enthousiaste et volontaire, « Madame la Proviseure » compte bien capitaliser sur les richesses pédagogiques de l’établissement et la qualité de ses infrastructures pour accompagner les élèves sur le chemin de la réussite. « Mon objectif est de donner à chaque lycéen les moyens de trouver sa voie et de réussir au sein de la filière qu’il a choisie afin d’entrer dans le post bac avec les meilleurs atouts possibles » précise Catherine Semeria. Après une carrière en entreprise elle a choisi de s’orienter vers l’enseignement en devenant professeur de biotechnologies santé environnement puis personnel de direction (principale adjointe et proviseure adjointe en zone d’éducation prioritaire). Après un passage de deux années à la formation des enseignants de l’ESPE de Versailles comme administratrice, elle prend la direction d’un lycée général et technologique des Hauts de seine durant quatre années.

« Le lycée polyvalent Corneille réunit à la fois les voies professionnelle, technologique et générale permettant à chaque élève de trouver son parcours et sa voie de réussite » ajoute-t-elle. Au lycée Corneille, l’apprentissage se conjugue autour de nombreuses filières du CAP au Bac Pro en passant par le baccalauréat général et technologique, la mention complémentaire et les BTS. Particularité de l’établissement, « la richesse des projets pour soutenir la créativité des élèves et les ouvrir sur l’extérieur avec les stages en entreprises, les sections internationales et européennes sans oublier le travail pour le raccrochage scolaire avec le lycée des possibles ».

 

Il aura fallu à Catherine Semeria et ses collaborateurs un travail très en amont pour préparer cette rentrée sous contraintes sanitaires. « Je me suis familiarisée très vite avec les équipes de l’établissement dont j’ai pu mesurer la disponibilité et l’engagement » précise-telle. Les projets menés cette année par les enseignants permettront d’accompagner tous les élèves vers la réussite en donnant sens aux apprentissages.