Premier bilan

Retour à la semaine de 4,5 jours, bouleversement des horaires, instauration des Nouvelles Activités Périscolaires (NAP), la réforme des rythmes scolaires a modifié l’organisation de la journée de l’enfant et les habitudes des familles. Mise en place en concertation avec les acteurs de l’école, elle s’applique depuis la rentrée 2014. Tous nous dressent un premier bilan.

Trois questions à Sophie Triniac, Maire-adjoint délégué aux Affaires scolaires et périscolaires

  • Que sont les NAP ?
    Elles viennent occuper le temps libéré par la réforme des rythmes scolaires, pour offrir aux enfants davantage de temps de loisirs éducatifs. À La Celle Saint-Cloud, ces activités couvrent un large champ de domaines : créativité, sport, art, expression, citoyenneté… Nous avons décidé de prendre en charge le coût important de cette réforme qu’il s’agisse du personnel supplémentaire ou du matériel nécessaire. En effet, nous souhaitions proposer des NAP gratuites à tous les enfants sans pour autant peser sur le budget des familles.
  • Comment s’est passée la mise en place ?
    Grâce au travail effectué depuis de nombreuses années avec le personnel communal sur le temps périscolaire (pause méridienne, accueils du matin et du soir, accueil de loisirs) et la collaboration des directeurs et des enseignants, les NAP ont été mises en place dans de bonnes conditions. Certes, nous avons dû procéder à des ajustements (organisation lors des passages du temps scolaire aux NAP, nouveaux horaires de sorties…) au cours du premier trimestre. Dès la rentrée, nous avons créé un comité de suivi de la réforme avec l’ensemble des partenaires (voir notre encadré). Cet espace permet aux différents acteurs d’échanger et de faire des propositions pour améliorer le dispositif. Tous les points de vue s’expriment dans une réelle volonté de travailler ensemble.
  • Des changements pour la rentrée prochaine ?
    Plus que de grands changements nous souhaitons améliorer encore la complémentarité des NAP avec les projets d’école, dans la mesure du possible. Nous resterons attentifs à toutes les améliorations réalisables. Nous abordons donc la rentrée 2015 avec sérénité et forts de notre expérience de cette année.
Chiffres clés
  • 95% des enfants fréquentent les TAP.
  • 88 NAP sont proposées aux élèves (34 en maternelle et 54 en élémentaire).
  • Plus de 80 personnels d’animation (animateurs, éducateurs sportifs, ATSEM) assurent la qualité et la cohérence des l’accueil des enfants hors du temps scolaire.
  • Plus d’1 enfant sur 2 fréquente l’accueil périscolaire (avant et après la classe).
  • 463 enfants fréquentent les accueils de loisirs le mercredi.

Rencontre avec Anthony Rocquebernou, coordinateur des NAP sur la ville

  • Comment avez-vous travaillé pour mettre en place cette nouvelle organisation ?
    Nous avons réféchi bien en amont avec l’ensemble des acteurs. Tout d’abord, nous avons recensé les compétences des animateurs et avons tenu compte des demandes des directeurs d’écoles et des projets pédagogiques déjà mis en place. Le nouvel agencement relève aussi d’une volonté forte de la ville d’offrir aux enfants la possibilité de pratiquer des activités auxquelles ils n’ont pas accès d’habitude. Il a donc fallu faire coexister tout cela.Pour accueillir l’ensemble des enfants dans de bonnes conditions nous avons dû recruter de nouveaux animateurs.
  • Comment s’est passée la rentrée ?
    Nous avons rencontré de petits problèmes les premières semaines mais la mise en place s’est globalement très bien passée. Pour une gestion optimisée des animateurs et des espaces, nous proposons trois ou quatre NAP différentes dans chaque école. Autre point important, cette réforme a donné un rôle plus important aux personnels qui encadrent ces activités, animateurs, éducateurs sportifs et ASTEM (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles).

La parole aux parents

Tête de liste des parents d’élèves de la Maternelle Morel de Vindé, Alexandre Cavallini participe au comité de suivi tout comme Nadia Bala, parent d’élève à l’école maternelle Jules Ferry. Tous deux se sont rendus dans les Groupes scolaires pour assister à des NAP. Interview croisée.

  • Qu’attendez-vous des NAP ?
    Alexandre Cavallini : elles permettent aux enfants de découvrir, d’expérimenter des activités sportives, artistiques jusque-là peu pratiquées dans la sphère scolaire. Depuis la rentrée, les élèves passent un après-midi entier par semaine avec les animateurs. Ces nouveaux moments d’apprentissage sont donc essentiels.
    Nadia Bala : les NAP sont des temps au cours desquels les enfants sont initiés gratuitement à de nouvelles activités. Elles peuvent leur apporter un complément au niveau des apprentissages fondamentaux et leur offrir une ouverture sur la culture, l’art ou le sport. Certaines sont assez originales comme la réalisation de décors, la fabrication de maquettes…
  • Comment s’est passée la mise place des NAP ?
    Alexandre Cavallini : les parents et les enfants nous ont remonté des diffcultés au premier trimestre. Je me suis rendu à l’école maternelle Morel de Vindé en mars. Entre ces deux périodes j’ai observé une amélioration, tant sur l’organisation des activités que sur leur contenu, par exemple avec les ateliers cirque ou botanique.
    Nadia Bala : à l’élémentaire Jules Ferry, les NAP sont organisées par cycle sur deux après-midi, le lundi pour les CP et CE1, le jeudi pour les plus grands. L’ensemble a été bien pensé avec des activités en lien avec l’âge des enfants et le projet de l’école, le tout en utilisant l’ensemble des espaces (salles, cours, gymnase).
  • Quels sont les axes d’amélioration ?
    Alexandre Cavallini : il est important que tous ceux qui s’occupent de nos enfants dans l’école travaillent ensemble. Parmi les difficultés qui subsistent, la plus importante selon moi, est le manque de locaux dans certains établissements comme à Morel de Vindé.
    Nadia Bala : il serait souhaitable d’harmoniser l’offre des NAP pour que tous les enfants aient accès aux mêmes activités et que celles-ci soient davantage intégrées aux projets des écoles.

Jeux collectifs à la maternelle Pierre et Marie Curie

Comité de suivi : place au dialogue

Depuis la rentrée, le Comité de suivi de la réforme rassemble Sophie Triniac, Maire-adjoint délégué aux Affaires scolaires et périscolaires, Laurence Sidersky, Inspectrice de l’Éducation Nationale, des représentants
du corps enseignant (une directrice d’école élémentaire et une directrice d’école maternelle), des représentants élus de parents d’élèves et des professionnels de la mairie en charge des secteurs scolaire et périscolaire. Dès sa première réunion, il a entériné la poursuite pour la rentrée prochaine du système mis en place dans les écoles élémentaires selon lequel chaque classe bénéficie des NAP un après-midi par semaine. Pour les maternelles, après une réflexion plus longue, il a aussi été décidé de maintenir le système actuel, identique à celui de l’élémentaire.
Cette organisation en place, donne satisfaction à la majorité des acteurs concernés. Toutefois ce maintien s’accompagnera d’une amélioration de certains points.